Message de Jacques : Escale à La Corogne

Quel plaisir de voir autant de monde pour ce départ de Kernevel. Comme vous pouvez l’imaginer, prendre la mer pour plusieurs mois, c’est un moment à la fois attendu et redouté. Auparavant, et en quelques semaines, il a fallu passer du rôle de constructeur amateur à celui de préparateur pour enfin endosser le ciré (tout neuf, merci Alex) de tour du mondiste.
Le passage de terrien à marin demande concentration. Certain(e)s sont étonné(e)s qu’à quelques minutes du départ je ne puisse pas échanger avec eux. Mais il y a déjà tant de choses à gérer que pour moi c’est impossible. On ne part pas autour du monde comme on fait un tour en baie de Quiberon.
La descente du Golfe de Gascogne a été tranquille, ce qui est bien pour prendre ses marques et s’adapter au rythme de la mer et du bateau.
Mais comme souvent, le Cap Finisterre est devenu méchant. Solaire 34 a pu enfin affronter de face une mauvaise mer cassante. Il a cogné, tapé, bondi, et rebondi de tout son (sur)poids. Sans aucun problème ni pour la structure ni pour le gréement.La bêtise, c’est d’avoir collé, plusieurs mois auparavant, deux supports d’instrument directement sur la résine. Sans savoir que la colle en question perd alors une partie de ses qualités. Alors, à force de cogner, tout s’est décollé d’un bloc: support, régulateurs, écrans de contrôle, boites de dérivation, boite à fusibles. A ce moment-là, pas d’hésitation: arrêt obligatoire car panne électrique totale à l’horizon de quelques jours.
A suivre…
Jacques.
A Coruna

Départ de Jacques